Les Marchands de Cania
Nous sommes une Guilde axée Role Play et métier sur Dofus.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

[Background] Nicoben
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Les Marchands de Cania Index du Forum  .::. Dans les plaines de Cania  .::. Le Manuscrit de Rauh le Pleye  .::. Vos Backgrounds et Vos Récits

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Tchoukche
Fondateur
Fondateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2010
Messages: 422
Localisation: Plaines de Cania.
Masculin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat Sadida 134

Message Posté le : Mar 23 Mar - 18:08 (2010)    Sujet du message : [Background] Nicoben Répondre en citant

Je vais écrire progressivement mon RP. Ce message disparaitra quand je l'aurais terminé.


La puanteur du sang m'asphyxie presque.
Les cris stridents des corbacs envahissent la plaine teintée de rouge.

C'en est fini, nous avons vaincu mais une victoire écrite dans le sang de nos camarades.
On ne distingue même pas à qui étaient dévoués ces combattants : La Cité Blanche?
Sa Rivale?
"Qu'importe, qu'ils périssent tous!" Terminé toutes ces désolations, cette guerre perverse
qui dépouille tout être d'humanité.
Déjà des ombres furtives se rapprochent du champ de bataille.
"Maudits Pillards!"

La colère crispe mes traits déjà trop tendus.
Ma Dragodinde Bella git sur le sol, grièvement blessée par une fourbe lame
empoisonnée.
Sa blessure suinte et sa souffrance fait peine à voir.D'un geste réconfortant, je lui fais un dernier adieu avant d'écourter ses souffrances.

Ah Bella, ma chère Bella me répétais-je tristement en plongeant dans mes souvenirs   


C'était un jour ensoleillé, comme on les aime et tout amakna resplendissait.
Je me pressais hâtivement par cette agréable chaleur à la recherche de ma première dragodinde.
Une petite bourse pendait paresseusement à une ceinture de cuir craquelée par le temps.
Oh des dragodindes il y en avaient, et des belles! m'enfin l'épaisseur de mon porte-monnaie
ne me permettait pas des merveilles...
J'arpentais donc des étables plus modestes quand j'aperçus une dragodinde isolée.
Elle semblait chétive et fragile mais je percevais en elle une plus grande force
intérieur. Ces yeux étaient stables et ne tournaient pas comme la plupart
de ses congénères.

Son propriétaire, un vieux berger Féca à l'haleine putride voulait justement
s'en débarrasser et il m'en demanda une misère.

Souriant de mon affaire, j'enfourchais ma nouvelle monture en direction du Port
de Madrestam.


Comme réveillé, je sursaute. Un soigneur éniripsa m'appelle,
il me regarde avec une anxiété non feinte.
mais sans me retourner, avec l'attitude d'un automate, je déserte.  


Des marins de tout azimuts se côtoyaient dans une joyeuse atmosphère.
De mon côté je contemplais avec émerveillement ces bateaux luisant sur une
mer calme et posée.
En abondance se déversaient des marchandises sur
les quais pierreux.
Un vieil énutrof aux dents gâtées m'accosta soudain :
_"Hé, mon jeunot! C't'intéresse de faire un p'tit tour en bateau?
Partant, je répondis par l'affirmative.
_Faudra juste me protéger contre quelques mauvais bougres..."
renchérit-il.
J'acceptais et je compris que j'avais devant moi un capitaine.
Le départ était prévu le lendemain.
J'emportais quelques vêtements, des bibelots et déposais ma dragodinde
que j'avais nouvellement nommé Bella dans une étable à petit prix.

Le jour annoncé, j'embarquais sur un rafiot de mauvaise qualité
avec de douteux matelots.
Le capitaine me donna une arme recourbée aux bords très tranchants,
pour me défendre au cas où.
On me logea à l'écart des autres moussaillons.
Une atmosphère étrange régnait sur le bateau :
on parlait peu et tous paraissaient nerveux
comme s'ils redoutaient un grand malheur.


Trois jours que je marche sous cette saloperie de pluie!
Je ne sens plus mes jambes et j'erre sans but.

Je pense coucher à l'auberge ce soir mais je n'ai pas de projets pour l'avenir
et tout me semble flou.

Au loin une confortable bâtisse me nargue.
L'auberge se trouve si loin...

Ça y est ! je suis rentré dans ce foutu bâtiment.
Il y a peu de voyageurs par ce temps et le lieu paraît calme,
parfait!

_" Barman, une bière s'iou plaît! commençais-je
_Ça marche ", me répondit-il machinalement.

Je pris un rapide repas, simple mais composé
de bonnes chairs et c'est le ventre bien rempli que je
monte dans ma chambre louée pour l'occasion.
 


Deux semaines qu'on naviguait, hier encore
nous étions sur l'île des wabbits et aujourd'hui,
nous approchions de Moon.
Tiens dehors une brusque agitation
était arrivée avec l'annonce du vigile d'un bateau
aux couleurs d'Allister.
Il voguait droit sur nous.
Avec une vivacité hors du commun tout les
matelots ont dégainé des armes dont j'ignorais
l'existence.
On criait, on courait.
On nous annonçait un Ultimatum.
Avec qui avais-je voyagé,
des criminels?
Enfin l'heure n'était pas aux discutions,
je devais d'abord sauver ma vie alors qu'on
nous abordait.
Une volée de flèches meurtrières s'abattaient sur nous
et des soldats engoncés dans de lourdes armures
chargèrent.
Beaucoup des nôtres sautèrent à la mer mais
avec de grands moulinets battant l'air, je parvins
à résister à un adversaire aux gestes puissants
qui maniait une grosse hache dentelée.
Par une feinte sa lame me faisait une longue
estafilade à la cuisse qui saignait abondamment.
Rageur, je me relevais et enchaînais de fourbes coups,
baissant sa garde, je lui plantais ma lame dans son torse.
Il me regarda une dernière fois, de ses yeux écarquillés
 et s'écroula sur le pont.
J'étais pétrifié par ce que je venais de faire
et je lâchais mon arme, tombant à genoux sur le sol,
les mains renfermés sur mon visage.
Peu de temps après le capitaine et moi
furent enchaînés à fond de cale.
J'appris plus tard que je voyageais avec des
contrebandiers très recherchés.
Le capitaine serait jugé devant le roi d'amakna
lui même mais moi inintéressant, je fus abandonné
sur l'île des Naufragés.
Des esprits et de terribles pirates la peuplaient.
L'île était crainte pour ses agressifs habitants
et les bateaux l'évitaient soigneusement.
Le premier jour fut difficile.
De justesse j'échappais à d'horribles créatures.
De menus noix de coco me firent office de repas.
Les jours suivants m'endurcirent et c'était un jeu
perpétuel contre la mort.
Un nakoumbra me surprit par exemple
et m'ouvrit une plaie sanguinolente sur mon épaule
gauche.
Une autre fois, un boulet de canon Dorf me frolla
in extremis alors qu'avec chance je m'étais baissé
ramasser des baies.
Chaque journée, je découvrais une nouvelle face cachée
de l'île qui me révélait d'étranges secrets.
Un soir, je trouvais une grande grotte remplie
de minerais scintillants dans la faible clarté.
A l'aide d'un bois taillé rattaché à un silex tranchant.
Je commençais à détacher délicatement des magnifiques
pépites d'or.
Au bout d'une semaine j'avais un imposant tas
du précieux métal.


  

_________________
/w Nicoben


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Mar 23 Mar - 18:08 (2010)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

   Les Marchands de Cania Index du Forum .::. Vos Backgrounds et Vos Récits
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.